motricité libre
0/3 ans,  Montessori au quotidien

La motricité libre à la maison ✨ Pourquoi et comment la mettre en place ?

Si vous êtes là, c’est que vous avez déjà probablement entendu parler de motricité libre. Laisser votre nourrisson dès la naissance libre de ses mouvements, se mouvoir à sa guise afin de lui garantir un développement moteur optimal, ainsi qu’une bonne motricité ! De quoi enthousiasmer et faire rêver plus d’un parent ! 😍

C’est bien beau tout ça, mais comment faire concrètement ? Entre bébé qui touche à tout, et maman (ou papa) qui a peur que son enfant se fasse mal… On a parfois envie de faire marche arrière !

Dans cet article je vous propose de découvrir ce qu’est réellement la motricité libre. Et ce qu’elle peut apporter à votre enfant. Je vous donnerai également des pistes pour la mettre en place à la maison facilement et en toute sérénité ! 😌

Et si vous voulez aller plus loin, sachez que j’y consacre un module complet dans ma formation « Objectif bébé épanoui« . Je vous accompagne pas à pas à travers les grandes étapes du développement psychomoteur du nouveau-né et jeune enfant, de la naissance jusqu’à l’apprentissage de la marche.

TU SOUHAITES PROPOSER DES CADRES D’IMAGES À TON BÉBÉ ? 

pack images montessori bébé

Reçois gratuitement 42 images pour stimuler la vue et la curiosité de ton bébé dès la naissance ! 

.

Qu'est-ce que la motricité libre ?

Historique de la motricité libre

La théorie de la motricité libre a été élaborée par une pédiatre hongroise : Emmi Pikler. Elle a tout d’abord travaillé en service de chirurgie. C’est là qu’elle s’est rendue compte que les enfants issus de milieux populaires et étant exposés à plus de risques de chutes traumatiques que les enfants issus de milieux favorisés, avaient en fait bien moins souvent d’accidents que les autres. C’est sur cette observation qu’elle a fondé la base de sa théorie : l’enfant est compétent dès la naissance et « programmé » pour apprendre les mouvements seul et de manière naturelle.

Elle mettra ensuite cette théorie en pratique dans son cabinet privé auprès des parents, puis dans dans des crèches et pouponnières autrichiennes.

Un état d'esprit avant tout, et une manière d'être à l'enfant

Le premier bénéfice que peuvent tirer les enfants de la motricité libre est, comme Emmi Pikler l’avait constaté, une meilleure gestion du risque, et moins d’accidents traumatiques.

Et j’ai vraiment pu le constater sur mon fils cadet, qui a été beaucoup plus à l’aise au niveau moteur et beaucoup plus tôt que mon aînée, et qui sait mieux doser sa prise de risque !

Pourquoi ?

Parce que l’enfant apprend par l’expérience. Le fait d’être laissé libre de ses mouvements va lui permettre de mieux connaître son corps, et ses limites. Il aura également une meilleure gestion de l’espace, et saura mieux mesurer le risque.

Prenons l’exemple des jeunes enfants apprenant à se déplacer à l’aide de trotteurs. Peut importe où ils vont, il ne se cogneront jamais puisque le trotteur sera là pour amortir le choc avec le mur. Par contre, un enfant apprenant à se déplacer seul aura vite fait de se rendre compte que s’il ne regarde pas où il va, il se cognera et se fera mal !

Les bénéfices de la motricité libre

Meilleure gestion du risque

Motricité libre - enfant qui apprend s'amusant - #montessori #motricitélibre #pédagogie

Le premier bénéfice que peuvent tirer les enfants de la motricité libre est, comme Emmi Pikler l’avait constaté, une meilleure gestion du risque, et moins d’accidents traumatiques.

Et j’ai vraiment pu le constater sur mon fils cadet, qui a été beaucoup plus à l’aise au niveau moteur et beaucoup plus tôt que mon aînée, et qui sait mieux doser sa prise de risque !

Pourquoi ?

Parce que l’enfant apprend par l’expérience. Le fait d’être laissé libre de ses mouvements va lui permettre de mieux connaître son corps, et ses limites. Il aura également une meilleure gestion de l’espace, et saura mieux mesurer le risque.

Prenons l’exemple des jeunes enfants apprenant à se déplacer à l’aide de trotteurs. Peut importe où ils vont, il ne se cogneront jamais puisque le trotteur sera là pour amortir le choc avec le mur. Par contre, un enfant apprenant à se déplacer seul aura vite fait de se rendre compte que s’il ne regarde pas où il va, il se cognera et se fera mal !

Développement de la confiance en soi et de l'autonomie

Dans cette optique, le jeune enfant va développer rapidement une certaine autonomie motrice car il n’aura pas besoin qu’on lui dise « attention c’est dangereux », puisqu’il en aura conscience ! On n’aura donc pas en tant que parents à être systématiquement derrière lui au moindre mouvement de peur qu’il se fasse mal ! Sans pour autant laisser l’enfant seul sans surveillance, bien entendu !

L’enfant aura également une meilleure confiance en lui puisqu’il va se sentir capable. Et va ressentir que ses parents lui font confiance ! Par exemple, si quand l’enfant se sent prêt à descendre les marches de l’escalier, si on ne le laisse pas expérimenter, ou qu’il reçoit trop souvent des injonctions comme quoi il ne peut pas y arriver, il va enregistrer comme message qu’il n’est pas capable. Au contraire, s’il ressent la confiance de ses parents qui l’accompagne dans sa découverte des escaliers sans le toucher mais tout en étant là au cas où chute il y aurait, le tout-petit aura de grande chance de se sentir fier !

Ces éléments vont donc également permettre de mettre en place une relation parents/enfants de qualité, basée sur la confiance mutuelle.

5 règles d'or de la motricité libre

Voyons donc quels sont les grands principes à respecter en motricité libre, en dehors d’une posture bienveillante et positive à l’enfant, qui je le rappelle est essentielle pour la mettre en place !

Permettre une liberté de mouvements sans entraves

La première chose est de ne pas entraver les mouvements de bébé. Attention ici aux objets de puériculture, qui sont les ennemis d’un développement des enfants normal et naturel. Poussette, transat, chaise-haute, trotteur et autres objets contenant l’enfant vont en effet le restreindre dans ses mouvements. Alors pas de panique, vous pouvez bien évidemment les utiliser en cas de besoin. Mais tout en gardant en tête qu’ils ne sont pas adaptés au développement moteur de l’enfant, et qu’il vaut mieux les utiliser seulement en cas de nécessité. En tant que maman on a toutes eu besoin de mettre son enfant dans un transat pour pouvoir prendre une douche n’est-ce pas ? 😉

Motricité libre - apprendre autrement avec la pédagogie Montessori - #pédagogie #montessori #motricitélibre

Pas de stimulation précoce

La 2ème règle importante et qu’il faut bien garder en tête est de ne jamais mettre un bébé dans une position tant qu’elle n’est pas acquise ! Puisqu’il n’est pas capable de s’installer dans cette position, il n’est pas capable non plus d’en sortir pour retourner à une position plus physiologique et agréable pour lui. La conséquence ? Cela va créer des tensions et des douleurs, car il n’a pas encore le tonus nécessaire pour tenir la position. Il faut vraiment attendre que l’enfant grandisse et puisse développer sa musculature.

En résumé : on n’installe pas un bébé en position assise avant qu’il soit capable de se tenir assis seul, ni en position debout tant qu’il ne sait pas tenir debout tout seul ! Et encore moins le faire marcher en le tenant par les bras, surtout s’il ne tient pas sur ses jambes ! En plus de faire apparaître des tensions, cela lui fera prendre de mauvaises habitudes, notamment au moment où il sera prêt à apprendre à marcher.

Attention également à la manière de tenir bébé lors des soins ou du portage. Maintenez toujours bébé avec une main sous les fesses, et évitez au maximum de le prendre sous les bras !

La motricité libre : observer avant d'agir

Photos articles (1)

Jusqu’à présent je vous ai surtout dit ce qu’on ne pouvait pas faire. Voyons maintenant 3 points sur lesquels vous allez pouvoir agir pour offrir à bébé un développement optimal.

D’abord, observer votre bébé sans intervenir (sauf en cas de danger bien évidemment). Cela vous permettra de le laisser expérimenter le mouvement par lui-même ! On est souvent tentés de vouloir aider notre enfant quand il semble avoir des difficultés à réaliser une action. Même avec la meilleure intention, ça n’est pas lui rendre service ! Un enfant a besoin d’essayer, et de se tromper pour apprendre et acquérir de nouvelles compétences. Si à chaque tentative qu’il fait pour attraper un jouet, nous lui mettons dans la main, il risque de ne pas développer suffisamment ses capacités de préhension. Et par la suite en grandissant, il n’aura plus le goût de l’effort, et attendra que vous fassiez tout à sa place !

Il ne faut pas oublier que chaque enfant suit son propre rythme de développement ! Certains enfants marcheront à 11 mois, d’autres à 18. Observer votre enfant vous permettra donc de savoir exactement où il en est dans son développement physique global. Ce qui vous permettra d’adapter votre posture et de lui proposer différentes stimulations, comme nous allons le voir tout de suite.

Si vous voulez en savoir plus sur les différentes étapes que l’enfant doit traverser, depuis la position allongée à la naissance jusqu’à l’étape de la marche, sachez que je vous détaille tout dans ma formation Objectif bébé épanoui ! Vous saurez alors quels signes observer pour savoir où en est exactement votre enfant !

Stimuler la motricité mais ne pas la provoquer

Un autre point sur lequel vous allez pouvoir jouer est de mettre en place des stimulations. Cela afin d’inviter le tout-petit à réaliser tel ou tel mouvement. Mais attention, on ne doit pas le provoquer ou l’induire. Sauf si vraiment on voit qu’au bout de plusieurs semaines il y a blocage. Par exemple, une fois que bébé saura se mettre seul à plat-ventre et qu’il aura suffisamment travailler à muscler sa nuque de manière à bien tenir sa tête, vous pourrez mettre devant lui un hochet, pour stimuler l’envie de ramper, et enclencher le mouvement naturellement.

Mais là encore, il est important de bien observer son bébé pour proposer la stimulation au bon moment pour que ça soit efficace !

En cas de retard moteur ou retard de développement, je vous conseille bien évidemment d’avoir recours à une professionnelle, telle qu’une psychomotricienne. Elle sera en mesure de vous guider pour stimuler le développement de votre enfant.

Sécuriser l'espace

Enfin, dernière règle de la motricité libre pour laquelle vous avez un grand rôle à jouer est de préparer et sécuriser l’environnement des tout-petits. Là encore, on rejoint la pédagogie Montessori dans laquelle l’environnement est pensé en amont en fonction du développement psychomoteur de l’enfant.

En effet, impossible d’envisager de laisser bébé se mouvoir à sa guise et expérimenter ses capacités physiques si le danger rôde ! Pensez-donc à sécuriser tout ce qui est prises électriques, coins de meubles etc… Mais aussi à enlever tout ce que vous ne voudriez pas que bébé touche ou casse. Mettez tous ces objets en hauteur, en attendant qu’il grandisse !

Tapis d'éveil rigide pour se déplacer - motricité libre #éveil #bébéheureux

Quels équipements privilégier à la maison pour pratiquer la motricité libre ?

Des vêtements adaptés

Le b.a-ba quand on veut pratiquer la motricité libre à la maison c’est d’habiller bébé avec une tenue adaptée pour qu’il puisse apprendre à se déplacer et apprendre à marcher sans être gêné. Si votre petite fille est dans une période où elle monte et descend les escaliers, évitez les jupes pendant un temps ! Idem lors de la période du quatre-pattes.

Privilégiez également de laisser vos enfants avec les avant-bras et les pieds-nus. Ceci afin d’assurer une bonne accroche au sol. Surtout lors des premiers déplacements !

Un tapis d'éveil suffisamment rigide pour se déplacer

À partir du moment où bébé commence à se déplacer, proposez-lui un tapis suffisamment rigide et non glissant. Voir même dès le moment où les bébés commencent à se tourner ! Cela afin de faciliter l’accroche au sol du bébé, et d’éviter de le freiner dans son développement.

Des objets pour stimuler la motricité libre, et l'envie d'avancer

Motricité libre - bébé sur un tapis d'éveil #bébé #enfant #pédagogie

Comme mentionné plus haut en exemple, vous allez pouvoir stimuler le mouvement de bébé grâce à différents objets. Balles de préhension, hochets, jouets etc.. Le matériel Montessori est tout à fait compatible à cette approche et donnera envie à bébé d’aller le manipuler. En plus de stimuler le mouvement, il permettra à bébé de développer sa motricité fine !

Si vous voulez découvrir les différentes activités Montessori pour les 0/18 mois, RDV dans la formation « Objectif bébé épanoui » !

Des objets pour se hisser (tables basses, chaises...), se redresser ou pousser

Quand sera venu l’étape de la verticalisation, vous allez là encore pouvoir mettre en place un certain nombre d’objets pour aider bébé.

  • Une table ou étagère basse ou des chaises pour se hisser ;
  • une barre de brachiation ou un gros pouf pour se mettre debout ;
  • un tabouret ou un chariot de marche (de préférence suffisamment lourd et en bois) pour faire ses premiers pas !

L'escalade

Quand l’enfant sera dans sa période où il cherchera à escalader, il va être intéressant de lui proposer des endroits sécurisés pour le faire. Car avec ou sans votre aide, il ira escalader ! Alors autant lui permettre d’expérimenter dans un endroit dédié !

Vous pourrez alors créer des parcours de psychomotricités avec ce que vous avez chez vous : chaises, tables, coussins, canapé. Il faudra alors passer dessus, puis dessous etc…

Escalade - motricité libre à la maison #escaladeenfant #montessori

Plus abordables en crèche ou en structure d’accueil de la petite-enfance, mais pourquoi pas aussi à la maison si vous avez le budget (et la place), le triangle Pikler sera juste parfait pour permettre aux enfants de grimper ! Il permettra à l’enfant d’escalader et de travailler la motricité, et il l’accompagnera pendant plusieurs années. On pourra l’agrémenter de différents accessoires, pour le plus grand bonheur des petits ! Même les plus grands pourront l’utiliser pour leur activité physique !

Je vous mets ce modèle en exemple, mais il en existe d’autres à d’autres prix. Mais il faut bien compter une centaine d’euros minimum voir 150€ pour avoir quelque chose de qualité.

Une autre alternative possible : les modules de motricité.

Cet article touche à sa fin, j’espère qu’il vous a plu ! Et qu’il vous aura donné des pistes pour envisager de pratiquer la motricité libre à la maison.

Pour rappel, je vous accompagne pas à pas dans sa mise en pratique dans ma formation « Objectif bébé épanoui » !

Et vous ?

Utilisez-vous la motricité libre avec vos enfants ?

Faites-nous part de votre expérience en commentaires !

Motricité libre - Pédagogie Montessori bébé #montessori #pédagogie #motricitélibre
Si cet article vous a plu, partagez-le sur Pinterest !

Je m’appelle Séverine, j’ai 32 ans. Je suis maman de deux enfants nés en 2014 et 2017. En avril 2018, nous commencions avec mon aînée une belle aventure : celle de l’école à la maison. Soucieuse de laisser mes enfants évoluer à leur rythme et passionnée par la pédagogie Montessori, c’est tout naturellement que j’ai choisi de l’appliquer au quotidien et dans les apprentissages. Aujourd’hui, je souhaite aider les mamans qui débutent et souhaitent appliquer cette pédagogie chez elles, en partageant mon expérience, des astuces et des outils concrets.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

🦖 TON PACK D'ACTIVITÉS MONTESSORI PRÊT À L'EMPLOI AUTOUR DES DINOSAURES
pour stimuler la curiosité et l’envie d’apprendre de tes enfants de 3/8 ans. 🦖
(Le pack dinos est en promotion jusqu'à dimanche soir)
DÉCOUVRE LE PACK MAINTENANT !
+ +