ief
Montessori en IEF

IEF (instruction en famille) ✨ Découvrez le style qui vous correspond !

Quand on se lance dans l’IEF (instruction en famille), pas toujours facile de savoir comment s’y prendre ! Surtout quand ce monde est tout nouveau pour nous ! Et quand on commence à se renseigner, on se rend bien compte qu’il n’y a pas de mode d’emploi unique. Il existe en effet autant de façon de faire que de familles pratiquant l’instruction en famille.

Et à titre personnel, ma pratique ne cesse d’évoluer. Il n’est pas rare que je change ma façon de faire d’une année sur l’autre. Voir même en cours d’année en fonction de ce qui fonctionne ou non, et de nos envies (à nous parents, mais aussi bien sûr à nos enfants).

Homeschooling ? Unschooling ? Formel ? Informel ? Pédagogie active et alternative ? Pédagogie classique ? Enseignement à distance avec des cours par correspondance ? Le choix est vaste… 🤔

À l’occasion de la rentrée scolaire, et après un petit rappel législation, je vous propose dans cet article de faire un petit tour d’horizon des différents modes d’instruction à la maison, pour vous aider à trouver celle qui vous conviendra le mieux !

VOUS NE SAVEZ PAS COMMENT ORGANISER VOTRE ESPACE MONTESSORI ?

aménager son espace montessori

Dans cette mini formation, vous retrouverez un PDF et une vidéo avec :

Ce que dit la loi sur l'obligation scolaire et l'IEF

« L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix. » Article L. 131-2 du code de l’éducation

La scolarisation en établissement scolaire n’est donc pas obligatoire. Les parents peuvent pratiquer l’enseignement à domicile et instruire les enfants à la maison, comme énoncé dans la loi. Cependant, ils doivent répondre à certaines obligations, afin d’être dans leur bon droit et de ne pas risquer amendes ou autres sanctions. Et notamment :

  • déclarer par courrier à la mairie et au directeur académique votre décision d’instruire votre enfant à domicile ;
  • vous soumettre au contrôle pédagogique organisé chaque année par l’inspection académique ;
  • réaliser le contrôle de la mairie tous les 2 ans.

À savoir que ces contrôles sont mis en place pour vérifier qu’il y ait bien une instruction donnée, et que l’enfant suit bien une scolarité, sous une forme ou une autre. Mais, vous restez libres de vos choix tels que les supports et les méthodes pédagogiques que vous voulez utiliser. Vous avez avant tout une obligation de moyens, pas de résultats. Donc vous n’êtes pas obligés de suivre à la lettre les programmes du ministère de l’éducation nationale. Mais, les inspecteurs se référeront au socle commun des compétences en fin de cycle. Pour chacun, il reprend les différentes compétences que l’enfant doit acquérir, en fonction de son âge. S’assurer donc que l’enfant ait atteint une majorité de ces attentes est donc important.

Quelle organisation choisir
en IEF ?

Il y a ceux où tout est planifié à la minute, avec des activités prêtes et programmées à l’avance. Certains parents préfèreront suivre des cours par correspondance. Et d’autres encore se laisseront porter par les envies du jour et du moment.

Les cours par correspondance

Pas de risques d’oublier une notion importante avec les CPC ! Ils rassurent beaucoup les parents qui se lancent dans l’IEF. Les cours sont préparés et le programme scolaire est établi à l’avance, suivant une progression similaire à celle proposée dans les écoles. Les familles sont en lien avec des professeurs, qui corrigent les devoirs des enfants, afin d’évaluer leur travail. Certains organismes sont même agréés par l’Etat, et l’enfant est donc considéré comme scolarisé.

Voici quelques organismes de cours par correspondance (je précise que ne les ayant jamais utilisés, je ne suis pas en mesure de faire un retour sur la qualité du service proposé par chacun d’eux) :

Mais, bien que rassurant et cadrant, le rythme de travail peut parfois être trop lourd pour des familles qui souhaitent plus de liberté. Et notamment s’il y a eu déscolarisation parce que le système scolaire ne leur convenait pas, ou parce que l’enfant présentait une phobie scolaire. Ils préférerons alors se tourner vers d’autres modes d’instruction.

Le homeschooling, l'école à la maison

Dans cette forme d’enseignement à la maison, le parent construit lui même son programme à l’aide de manuels scolaires, et d’évaluations régulières du travail de l’enfant. La tendance ici est de reproduire le fonctionnement de l’école à la maison. On y retrouve des horaires de travail fixes, avec une alternance entre le temps scolaire et le temps de vacances. Les familles dédient souvent un lieu aux apprentissages (une pièce entière ou un coin de la maison), et suivent souvent un programme avec des apprentissages imposés. Celui-ci suit souvent la progression de l’éducation nationale, bien que les enfants aient tendance à aller naturellement plus loin puisqu’ils ont besoin de moins de temps pour retenir une notion du fait de l’apprentissage personnalisé possible en IEF.

Le unschooling, les apprentissages autonomes

Cette approche de l’instruction de l’enfant est beaucoup plus tournée sur l’enfant lui-même qui est au centre de la démarche. Il va s’agir de le guider et de l’accompagner dans ses questionnements naturels. Il n’y a pas de cadre aux apprentissages, ni d’horaires fixes pour apprendre. Pas non plus d’obligation à remplir des cahiers et faire des exercices si cela ne lui convient pas.

la nature à la loupe

L’enfant est libre d’apprendre ou non, et de refuser une activité si elle ne l’intéresse pas. Les parents n’ont en général pas d’attentes de résultats et laissent l’enfant construire ses compétences au fur et à mesure des opportunités qui se présentent. On parle alors de l’école de la vie. Ce qui ne veut pas dire que les parents laissent l’enfant à l’abandon, bien au contraire. Ils sont là pour épauler l’enfant lors de ses questionnements, et proposent sorties, activités, jeux éducatifs et apprentissages en fonction des intérêts de l’enfant. On dit qu’ils sont des « facilitateurs d’apprentissages ».

Les enfants instruits de cette manière développent en général une plus grande confiance en eux, et sont en général autonomes plus tôt. Mais ils peuvent se retrouver en difficulté lors des contrôles de l’inspection académique s’ils n’ont pas l’habitude des exercices scolaires et de leurs codes.

Comment mener les apprentissages en IEF ?

Que l’on choisisse le homeschooling ou le unschooling, il existe différentes façons de mener les apprentissages.

Les apprentissages formels

Lorsque les responsables de l’enfant décident de lui donner une instruction formelle, l’intention d’apprendre est clairement présente. L’apprentissage est programmé et structuré, en terme d’objectifs, de temps, de matériel, de résultat etc…

C’est le modèle que l’on retrouve le plus dans un modèle « école à la maison », mais on peut le retrouver dans le modèle unschooling, si c’est l’enfant qui en fait la demande.

Les apprentissages informels

Au contraire, un apprentissage informel n’est pas forcément intentionnel, car il est bien souvent le fruit du hasard. Il découlera par exemple d’une discussion non programmée suite à la question d’un enfant. Il est en général dépourvu de règles et de cadre. Le parent n’attend pas de résultat de son enfant. C’est sur ce modèle là que se base le unschooling.

Les pédagogies alternatives

Les pédagogies actives placent l’enfant au centre du processus d’apprentissage. Elles sont facilement applicables dans le cadre de l’IEF. Mais l’achat de matériel onéreux est souvent nécessaire, et il est parfois nécessaire pour le parent de se former un minimum pour pouvoir les mettre en place. L’idée est de partir des intérêts de l’enfant pour créer de l’enthousiasme et du plaisir à apprendre.

Parmi les plus connues, on retrouve les pédagogies :

  • Montessori, qui s’appuie sur les périodes sensibles de l’enfant pour amener l’apprentissage ;
  • Steiner-Waldorf, qui utilise l’art et le rythme des saisons dans les apprentissages ;
  • Freinet, où l’échange, la communication et la coopération sont mis en avant ;
  • Reggio qui met à l’honneur les qualités créatrices de l’enfant ;
  • et Charlotte Masson, avec l’importance de la nature.

Si vous souhaitez découvrir plus en profondeur ces pédagogies, je vous invite à lire le livre « Le grand guide des pédagogies alternatives« , de Madeleine Deny et Anne-Cécile Pigache.

Notre IEF

Les pédagogies que l'on utilise

En ce qui me concerne, j’ai fais le choix d’utiliser la méthode Montessori. J’ai à cœur l’épanouissement de mes enfants, et de respecter leurs propres rythmes. La pédagogie Montessori permet aux enfants de grandir tout en étant le plus autonome possible, de se questionner sur le monde qui les entoure et d’apprendre par plaisir, et non parce qu’on le leur a demandé. Cette pédagogie place l’enfant au cœur du processus : on suit l’enfant et non des programmes scolaires, en toute bienveillance. Il est alors acteur de ses apprentissages, et l’enseignement est amené de manière à ce qu’il persévère pour trouver la solution et la réponse à ses questionnements. Et surtout elle est auto-corrective, ce qui évite de casser la confiance en soi de l’enfant dès le départ.

montessori à la maison

Bien qu’elle reste ma « pédagogie coup de cœur », je souhaite aujourd’hui l’enrichir avec d’autres approches. Notamment autour du jeu (jeu libre ou divers jeux éducatifs) et de la nature. Mon but est de toujours être au plus proche des intérêts de mes enfants, et de notre environnement. Mon grand défi cette année pour moi qui suis très casanière : passer plus de temps en extérieur et laisser mes enfants explorer la nature à leur guise ! Sans oublier toutes les activités culturelles et extrascolaires que l’on réalise tout au long de l’année (centre de loisirs, sorties et visites avec d’autres enfants non sco, sports etc…).

Notre fonctionnement

Et quant à notre fonctionnement, il a toujours varié et continue de le faire en fonction de nos besoins. Nous étions l’an passé plus dans un mode homeschooling, avec des horaires de travail mis en place. Si d’ailleurs vous souhaitez en savoir plus sur ma manière de mener les séances de travail Montessori à la maison, ma formation « Mon organisation Montessori à la maison« , vous guidera pas à pas pour les mettre en place.

Depuis le confinement, notre mode d’instruction a pris un tournant plus libre, et les enfants se dirigent naturellement vers les activités, au moment où ils en ressentent le besoin. D’où mon besoin en ce début d’année scolaire de changer de fonctionnement. Je me rapproche donc d’avantage du unschooling, en restant toujours dans la proposition et en n’imposant aucune activité. Je fais confiance à mes enfants pour me faire comprendre de quoi ils ont besoin et envie, et à quel moment. Et je sais que si un apprentissage ne les intéresse pas maintenant, l’intérêt se fera sentir plus tard. À moi de le stimuler sans l’imposer !

Ce qui ne m’empêchera pas de revenir vers un mode d’instruction plus cadré si le besoin s’en fait ressentir. Chaque enfant est différent, et passe également par différentes phases et besoins. Ce qui leur convient à un moment ou à un autre n’est pas forcément ce qui leur conviendra par la suite. À nous parents de toujours rester attentifs à leurs besoins pour y répondre au mieux.

J’espère que cet article vous a plu, et que vous y voyez un peu plus clair dans les différentes possibilités de vivre l’IEF.
Tous les enfants et toutes les familles sont différents ! Alors écoutez-vous et testez pour trouver ce qu’il vous convient le mieux !

Et si vous souhaitez suivre nos aventures, n’oubliez pas de vous abonner à la newsletter. Je vous tiendrai alors informés des nouveaux articles du blog, avec nos bilans IEF. Je vous y donne également des astuces et des conseils afin d’accompagner vos enfants dans leurs apprentissages, tout en suivant leur propre rythme !

Et vous ?
Quel style d’IEF pratiquez-vous ou vous attire le plus ?
N’hésitez pas à partager votre expérience avec nous ou à poser vos questions en commentaires.
ief
Si cet article vous a plu, partagez-le sur Pinterest !

Je m’appelle Séverine, j’ai 30 ans. Je suis maman de deux enfants nés en 2014 et 2017. En avril 2018, nous commencions avec mon aînée une belle aventure : celle de l’école à la maison. Soucieuse de laisser mes enfants évoluer à leur rythme et passionnée par la pédagogie Montessori, c’est tout naturellement que j’ai choisi de l’appliquer au quotidien et dans les apprentissages. Aujourd’hui, je souhaite aider les mamans qui débutent et souhaitent appliquer cette pédagogie chez elles, en partageant mon expérience, des astuces et des outils concrets.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *